09 janvier 2023

EveryCheck partage les 5 faux CV les plus étonnants repérés en 2022

EVERYCHECK Stand: LAB RH B10
EveryCheck partage les 5 faux CV les plus étonnants repérés en 2022

Les mensonges des candidats pour obtenir un emploi sont de plus en plus fréquents. En moyenne, 65% des CV contiennent des informations erronées, et dans un cas sur 8 il s’agit d’un mensonge majeur sur le diplôme ou les expériences professionnelles. (Chiffres EveryCheck). 

 

Alors bien que le Curriculum Vitae et les diplômes soient des outils majeurs dans le processus de recrutement, il est toutefois important de s’assurer de leur authenticité !


EveryCheck, start-up implantée à Paris et à Rennes, contrôle les CV et diplômes avant embauche depuis 2015. Elle effectue aujourd’hui près de 50.000 vérifications par an pour plus de 200 clients de tous les secteurs : bancaire, paramédical, tech, consulting etc…


Pour conclure 2022, EveryCheck revient sur 5 exemples de faux CV et faux diplômes très étonnants, qui ont été identifiés tout au long de l’année dans ses contrôles réalisés avant embauche. De gros mensonges osés par des candidats qui ne doutent de rien.
 

 

1. Une candidate qui avait faussement invoqué la mort de son père pour obtenir une rupture conventionnelle
 

Une candidate présentait sur son CV une  rupture conventionnelle, qui avait été motivée par le décès brutal de son père. Sa mère vivant loin et sans revenus, elle a exprimé la nécessité de quitter son emploi pour la rejoindre. 


Lorsque nous avons contacté l’ancien employeur pour vérifier cette expérience, une surprise de taille nous attendait. 

 

En fait ce décès ne s’était pas produit, la supercherie ayant été découverte lorsque l’entreprise a fait parvenir des fleurs pour faire part de ses condoléances ! 
 

2. Une candidate qui demande à ses anciens employeurs de mentir pour elle

 

Lors d’une vérification d’expérience précédente pour une candidate, nous avons découvert qu’elle avait exagéré de plus d’un an la durée réelle passée en poste.


En effet, celle-ci n’était restée sous contrat qu’une année au lieu des deux mentionnées sur le CV. Son contrat avait été interrompu par un licenciement.


En soi, cette découverte est déjà problématique, mais pas du tout inhabituelle pour nous !
La suite l’est un peu moins : nous avons appris par la suite que la candidate avait demandé à son ancien employeur de nous mentir afin qu’elle ne soit pas démasquée. La direction de l’entreprise a bien évidemment refusé.


On peut dire que notre client s’est évité une bien mauvaise embauche !

 

3. Pour la troisième fois, nous identifions un faux diplôme provenant de la même source

 

Et de 3 ! Lors d’une vérification pour un de nos clients, nous avons identifié un nouveau diplôme contrefait, provenant encore d’un certain revendeur qui propose des faux à l’achat en ligne.


Un site qui, rappelons le, sert officiellement à faire des documents humoristiques du type “Diplôme du meilleur papa du monde”


Voici le fameux faux diplôme, vous pouvez y voir la mention du site dans le tampon.

 

4. Un double faux diplôme sur des fonctions sensibles

 

Pour un de nos clients spécialisé dans les domaines du médical et du sanitaire et social, nous avons été amenés à vérifier le parcours académique d’un candidat.


Celui-ci avançait être titulaire de deux diplômes : aide médico-psychologique, et moniteur-éducateur. Deux métiers destinés à l’aide de personnes en situation de fragilité sociale, ou de handicap.


Les deux diplômes en question n’ont jamais été obtenus et les formations non suivies. Des falsifications graves compte tenu des métiers concernés.

 

5. Nous avons identifié une récidiviste !

 

Lors de la vérification du parcours d’une candidate pour un de nos clients, nous avons détecté que la licence dont celle-ci était prétendument titulaire n’avait pas été validée. Un cas assez habituel puisque nous détectons en moyenne 12% de CV mensongers dans le cadre notre activité.


Peu de temps après nous recroisons cette même candidate mais pour un autre de nos clients. Cette fois-ci nous découvrons que ce n’est pas que la licence qui est fausse mais aussi son Master. Nous l’avons donc recalée deux fois pour deux employeurs différents !


Mais ce n’est pas tout ! Le diplôme qu’elle a falsifié provient d’un réseau d’écoles pour lequel nous effectuons aussi des vérifications.
 

­

La vérification de CV comme outil de sécurisation des embauches et de conformité

 

« Une mauvaise embauche revient au minimum à 6500€  à l'employeur, sans même parler du besoin en conformité ou du risque légal dans de nombreux secteurs (sanitaire et social, médical, encadrement d’enfants, secteur bancaire etc.). Les nouvelles solutions que nous proposons permettent de sécuriser encore plus les embauches sans compliquer les processus en place. L’objectif ici est de permettre rapidement l’identification des compétences clés et une sécurité maximale.» commente Yohan Zibi, CEO et co-fondateur d’EveryCheck.
 

 

A propos d’EveryCheck


Société parisienne et rennaise spécialisée dans la vérification de références, EveryCheck vérifie en 48H pour ses clients les CV des candidats sur le point d’être embauchés, et les dossiers des futurs locataires.

 

L’utilisation d’outils algorithmiques et l'expertise d’une équipe basée à Paris et à Rennes, assurent une qualité de recherche optimale.

 

Service innovant, rapide et complètement en conformité avec les règles de la CNIL et du RGPD, la société née en 2015, se constitue aujourd’hui de 35 collaborateurs et effectue 50.000 vérifications d’expériences et diplômes par an pour des entreprises allant de la TPE au grand groupe tels que: La Caisse des dépôts, Capgemini, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Total Energies, Axa banque, Fraikin, GRT Gaz, Safran, Gecina, Groupe BPCE, PwC, Fraikin, Groupe Domino et bien plus encore.

 

 

Contact presse

 

Martin Gamarra  - martin.gamarra@everycheck.fr - 07 70 04 52 54

 

Plus d'information sur l'activité RH d'EveryCheck : www.everycheck.com/recrutement/

En savoir plus
En savoir plus
Loading

Merci à nos sponsors